Déclaration des partis communistes et ouvriers sur l'occupation du Kosovo

Initiée par le NKPJ (Nouveau Parti Communiste de Yougoslavie) cette déclaration a été signée par une trentaine de Partis Communistes à travers le monde.


Depuis le 9 juin 1999, la province serbe méridionale du Kosovo et de Metochie est sous l'occupation du bras armé de l'impérialisme occidental, l'OTAN, et les Serbes vivant dans cette région sont devenus des citoyens de seconde zone.

C'est ce jour-là qu'a été signé l'"accord de Kumanovo", qui a marqué le début de l'occupation du Kosovo et de la Metohia par l'OTAN après l'agression des pays impérialistes occidentaux contre la République fédérale de Yougoslavie (24 mars - 10 juin).

En signant cet accord, l'armée yougoslave a été forcée de quitter le Kosovo, et l'"Armée de libération du Kosovo", terroriste albanaise et pro-impérialiste, a pris le pouvoir sur ce territoire, tandis que l'OTAN formait la plus grande base militaire des Balkans, "Bondsteel". L'agression contre la République fédérale de Yougoslavie, l'occupation du Kosovo et de la Métochie et l'installation de l'"Armée de libération du Kosovo" séparatiste et pro-impérialiste au pouvoir à Pristina ont été réalisées au nom des intérêts expansionnistes et de pillage du grand capital occidental.


Un grand nombre de Serbes et d'autres non-Albanais ont été contraints de fuir leurs maisons et de se réfugier en Serbie, tandis que le reste de la population serbe restée au Kosovo a été soumise à une torture et à un harcèlement constant par les autorités séparatistes pro-impérialistes albanaises de Pristina.


Depuis 2013, sous les auspices de l'Union européenne, des réunions sont organisées à Bruxelles entre les autorités de Belgrade et les dirigeants séparatistes de Pristina, au cours desquelles l'objectif des impérialistes occidentaux est de forcer Belgrade à accepter l'"indépendance" du Kosovo.


Entre-temps, la population serbe a été exposée à une pression constante de la part des autorités séparatistes pro-impérialistes de Pristina. Il est tout à fait hypocrite, mais aussi naïf, de s'attendre à ce que toute négociation sur la paix et la prospérité soit menée sous les auspices de la puissance impérialiste de l'Union européenne qui, avec les États-Unis et l'OTAN, est la plus grande responsable de l'occupation et de la séparation du Kosovo-Metohija de la Serbie.


Les partis communistes et ouvriers, signataires de cette déclaration commune, exigent ce qui suit :


- Que Washington, Londres, Bruxelles et les autres centres de pouvoir impérialistes cessent immédiatement de faire pression sur la Serbie pour qu'elle reconnaisse "l'indépendance" du Kosovo. Le Kosovo et la Métochie constituent un ensemble intégral et indivisible qui, en tant que province, appartient à la Serbie. Toute modification des frontières est inacceptable et contraire aux intérêts de la paix et de la prospérité.


- Que le gouvernement fantoche pro-impérialiste du Kosovo cesse immédiatement toute pression sur la population serbe vivant sur ce territoire, et qu'il offre à tous les réfugiés la possibilité de revenir s'ils le souhaitent !


- Les peuples serbe et albanais du Kosovo et de la Métochie doivent vivre dans la paix et l'unité et dans la tradition des relations fraternelles entre Albanais et Serbes qui, pendant la Seconde Guerre mondiale, ont combattu côte à côte contre l'occupant nazi-fasciste !


- Les troupes d'occupation de l'OTAN doivent immédiatement quitter le territoire du Kosovo et de la Metohia, et cette province du sud de la Serbie doit retourner à la mère patrie. Ce n'est qu'ainsi que les Serbes et les Albanais pourront vivre dans ce territoire dans une paix et une prospérité véritable !


- Les troupes de l'OTAN devraient quitter tous les territoires qu'elles occupent dans l'ex-Yougoslavie, ainsi que tous les pays de la péninsule où elles ont leurs bases.


- Les Balkans appartiennent aux nations balkaniques et non aux impérialistes des USA, de l'UE et de l'OTAN ! L'OTAN hors des Balkans !


une journal 1_page-0001(1).jpg