Entretien avec le Mouvement Socialiste du Kazakhstan

Nous avons réalisé une interview long-format avec un responsable du Mouvement Socialiste du Kazakhstan, acteur du soulèvement social inédit dans ce pays et réprimé dans le sang et l'indifférence, avec la complicité des impérialismes occidentaux, russes et chinois.


Lire aussi notre déclaration : Solidarité avec les travailleurs et communistes du Kazakhstan !


1) Quelle est la situation actuelle au Kazakhstan après une semaine de grève générale, d'émeutes et de répression brutale ?


Un régime strict de loi martiale a maintenant été établi au Kazakhstan, sur ordre de Kassym-Jomart Tokayev afin de réprimer les manifestations populaires et une grève des travailleurs dans les industries extractives, ainsi que dans la métallurgie ferreuse et non ferreuse appartenant à des entreprises américaines et européennes.


Le 6 janvier, des unités de l'armée et de la Garde nationale ont été envoyées à Almaty, et ont ouvert le feu sur de nombreux manifestants non-armés, ainsi que sur des jeunes chômeurs qui, après avoir désarmé, la veille, la police et les troupes locales, avaient pris les armes pour renverser le régime de Nazarbaïev.


Encore plus tôt, dès le 5 janvier, des rassemblements et des grèves de masse ont eu lieu dans tout le pays pour exiger la démission de tous les hommes d'État en exercice et de Nazarbaïev lui-même, et des affrontements avec la police ont eu lieu à Almaty, Taldykorgan, Shymkent, Kyzylorda. A Almaty, des dizaines de milliers de manifestants, pour la plupart des jeunes au chômage, ont pris le contrôle des bâtiments administratifs.


Le Comité de sécurité nationale et certains groupes au sein du gouvernement ont tenté de profiter de la situation et d'organiser des provocations en libérant des prisonniers de prison, en envoyant agir les gangs à leurs services afin de discréditer les manifestations et les grèves pacifiques dans le pays, ainsi que pour parvenir à un remaniement au sein même du gouvernement. Ainsi, à la télévision et dans les journaux, ils ont essayé de présenter l’ensemble des manifestants comme des pillards, des voleurs, des meurtriers et même des terroristes.


À l'heure actuelle, selon les données officielles, 8 000 personnes ont été arrêtées, environ 164 personnes sont mortes à Almaty et dans certaines villes du sud du Kazakhstan. Mais en fait, il y a eu beaucoup plus de morts, car il y a eu de vraies batailles contre les rebelles. Le président a qualifié les porte-paroles de terroristes et a déclaré que 20 000 militants armés étaient entrés sur le territoire depuis l’étranger. Mais ce n'est pas vrai !


Pour éviter l'effusion de sang, les travailleurs du secteur du pétrole de l'ouest du Kazakhstan, ainsi que les métallurgistes, les mineurs, les fondeurs de cuivre et les mineurs des mines de la région de Karaganda ont organisé leurs rassemblements et arrêté les grèves le samedi 8 janvier. Mais depuis le 2 janvier, il n'y a pas eu de cas unique de pillages, meurtres, vols ou affrontements sanglants dans les régions industrielles où le cœur des manifestations était la classe ouvrière.


2) Comment les opposants organisent-ils le mouvement ? Quelles sont les principales revendications ?


Depuis les grèves des 3 et 4 janvier, les travailleurs avaient leurs propres comités de grève et le 5 janvier, un conseil a été créé à Zhanaozen, qui comprenait des représentants de tous les collectifs en grève de la région de Mangystau. Au début des rassemblements et des grèves, les principales revendications sociales des grévistes étaient de réduire les prix de certains types de biens, d'augmenter les salaires, d'améliorer les conditions de travail, d’interdire les licenciements, la liberté d'activité syndicale et la construction de nouvelles usines - la création d'une industrie manufacturière moderne pour assurer l'avenir de la région.


Déjà le 5 janvier, alors que le mouvement se développait à Zhanaozen, qui devint le véritable siège politique de tout le mouvement ouvrier du pays, des revendications politiques furent avancées : la démission du président Tokaïev et de tous les responsables de l'entourage de Nazarbaïev, la libération des prisonniers et détenus, un retour à la Constitution de 1993 garantissant la liberté syndicale, les grèves et la constitution de partis.


Par conséquent, le rôle du mouvement ouvrier dans ces événements a été décisif, puisque ce sont les collectifs ouvriers qui sont devenus l'épine dorsale des actions de protestation dans les régions industrielles et ont donné l'impulsion aux rassemblements de masse dans toutes les villes du Kazakhstan.


3) Comment ont débuté les manifestations et les grèves ?

Dès le début, ce fut une explosion sociale associée à une double augmentation des prix du gaz liquéfié. Mais l'augmentation du prix de l'essence n'était qu'un prétexte à une contestation latente et qui se faisaient attendre depuis longtemps.


La raison de l'explosion du mécontentement était la décision du gouvernement d'envoyer du gaz liquéfié pour les voitures "flottant librement" - de le vendre en bourse sur place. En conséquence, les monopoles qui ont augmenté le prix de manière spéculative le premier jour ont gagné. Le prix du carburant est passé de 60 à 120 tenge (jusqu'à 20 roubles) par litre. Cela a conduit au fait que le lendemain, le dimanche 2 janvier, les résidents et les travailleurs des compagnies pétrolières locales qui utilisent des voitures à essence ont commencé à se rendre à des rassemblements spontanés à Zhanaozen et à bloquer les routes.


Ils ont été immédiatement soutenus par les habitants et les travailleurs de tous les centres de district de la région et, dans la soirée, un rassemblement avait été organisé dans le centre régional d'Aktau, où la police a d'abord tenté en vain d’empecher la foule de se rassembler sur la place principale de la ville d'Yntymak. En conséquence, toutes les rues centrales y avaient été bloquées et les gens avaient catégoriquement refusé de se disperser.


En conséquence, deux foyers de contestation se sont constitués à Zhanaozen et Aktau, où les manifestants ont décidé de se rassembler jusqu'à ce que leur principale demande soit pleinement satisfaite : une réduction du prix de l'essence à 50 tenges le litre (9 roubles). Parallèlement, les manifestants ont avancé une autre revendication : une augmentation de 100 % des salaires.


Par la suite, dans la nuit, puis dans la matinée et l'après-midi du lundi 3 janvier, des collectifs ouvriers ont commencé à se joindre aux manifestants. Des tentes et des yourtes ont été érigées sur les places, la population locale a organisé des repas chauds et a commencé à collecter des fonds. En fait, ce n'est pas quelque chose de nouveau, puisque pendant l'été et l'automne, les habitants ont également manifesté leur solidarité avec les grévistes, apportant de la nourriture et de l'eau aux tentes des travailleurs.


Par conséquent, nous pouvons considérer que les manifestations actuelles sont la continuation des grèves de masse de l'année dernière contre la politique d' « optimisation » capitaliste imposée par les managers occidentaux, où de nombreuses entreprises sous-traitantes et de services ont été séparées de la production principale.


Des informations sur l’arrivée d'avions militaire transportant des troupes le 3 janvier ont également provoqué l'indignation des manifestants. En conséquence, la manifestation s'est encore davantage étendue et les résidents et les travailleurs du centre régional ont bloqué toutes les entrées et sorties de l’aéroport.


Cette réaction était prévisible, tout le monde a encore en souvenir la fusillade contre les grévistes à Zhanaozen en décembre 2011. L’envoie des militaires a été perçue avec beaucoup de douleur et, en réponse, une grève générale des travailleurs du pétrole dans la région de Mangystau a éclaté, tandis que les travailleurs du champ pétrolier de Tengiz dans la région voisine d'Atyrau ont également arrêté la production.


Les ouvriers du pétrole de la société Tengizchevroil – dominé à 75% par le capital américain (Chevron détient 50%, Exxon Mobil 25%) tandis que la société kazakhe KazMunayGas n’en détient que 20% - se sont mis en grève. Juste avant le nouvel an, 40 000 travailleurs ont été licenciés d'un coup, et dans les faits jetés à la rue. Les grèves ont touché non seulement toutes les entreprises de production pétrolière des cinq régions du Kazakhstan occidental, mais également toute l'industrie minière du pays et la métallurgie.


Ainsi, le 4 janvier, les mineurs et les métallurgistes de la société Arcelor Mital dans la région de Karaganda, ainsi que les mineurs de mines et les fonderies de cuivre de la société Kazakhmys (dominée par le capital anglais), se sont mis en grève. Les métallurgistes locaux se sont également emparés de la ville de Khromtau dans la région d'Aktobe.

4) Comment les syndicats et les organisations communistes se positionnent-ils face aux manifestations? Quelles sont les principales exigences des syndicats et des organisations communistes ?


Pour le moment, tous les partis et mouvements d'opposition, y compris le Parti communiste, sont interdits. Tous les syndicats indépendants ont été liquidés. Ainsi, après l'adoption en 2014 de la loi anti-travail relative aux syndicats en 2014, plus de 600 syndicats ont été interdits et liquidés par les tribunaux dans le pays. La dernière Confédération des syndicats indépendants du Kazakhstan a été interdite et dissoute par une décision de justice en 2017 et quatre dirigeants ont été condamnés à différentes peines de prison.


Amin Yeleusinov, un dirigeant syndical qui a subi la répression,et ses camarades de la Confédération des syndicats indépendants du Kazakhstan, dissoute, ont exhorté les travailleurs à ne pas se disperser et à se battre jusqu'au bout afin d'obtenir la liberté d'activité syndicale et le droit de grève.


En ce qui nous concerne les militants du Mouvement socialiste du Kazakhstan, nous soutenons toutes les revendications des grévistes, mais nous pensons également que la revendication d'une nationalisation immédiate de l'ensemble de l'industrie minière sous le contrôle des collectifs ouvriers, revendication mise en avant par les travailleurs du pétrole de Zhanaozen lors de la grève de sept mois en 2011, doit être mise en œuvre.


De plus, nous insistons sur la nécessité d’abroger la loi "sur les syndicats" et "sur les partis" afin de reconstruire les syndicats de classe, d'exercer le droit de grève, qui est également interdite dans le pays, ainsi que de légaliser les activités du parti communiste Parti et Mouvement socialiste du Kazakhstan.


5) En France, certains disent que le soulèvement social est une "révolution de couleur" pro-occidentale, comment réagissez-vous à cette fake news ?


Le Kazakhstan « moderne » [post-soviétique] s'efforce de construire un État mononational, et le nationalisme est son idéologie officielle. Tous les racontars sur le Kazakhstan "pro-soviétique" sont un mythe. En 2017, un monument à Mustafa Shokai, le cerveau de la Légion SS du Turkestan de la Wehrmacht, a été érigé à Kyzylorda. Aujourd'hui, l'État révise radicalement l'Histoire. Ce processus s'est particulièrement intensifié après la visite de Noursoultan Nazarbaïev aux États-Unis il y a quelques années. Le mouvement pan-turciste devient également plus actif. Plus récemment, à l'initiative de Noursoultan Nazarbaïev, l'Union des États turcs a été fondée à Istanbul le 12 novembre 2021. L'élite du Kazakhstan conserve ses principaux atouts en Occident. C'est pourquoi les États impérialistes ne sont absolument pas intéressés par la chute du régime actuel - ils se tiennent déjà résolument de son côté.


Le Département d'État américain ainsi que les autorités de l'Union européenne, les dirigeants de la Russie et de la Chine, se sont prononcés en faveur du régime au Kazakhstan : il s’agit d’une véritable manifestation de solidarité de classe bourgeoise contre le mouvement de masse des ouvriers et des couches populaires.


Il n'y a pas non plus 20 000 terroristes islamiques, comme l'a déclaré le président Tokaïev dans sa déclaration. Selon lui, ils auraient envahi le territoire du Kazakhstan. A ce jour, pas un seul originaire des pays arabes n'a été retrouvé parmi les morts, blessés ou arrêtés. Ce mythe d'une invasion extérieure était nécessaire pour justifier l'utilisation de chars et d'armes lourdes contre les manifestants et les grévistes, et d'autre part pour expliquer la nécessité de transférer des troupes de l'Organisation du Traité de sécurité collective au Kazakhstan. De plus, on tente ainsi de diaboliser aux yeux des travailleurs des autres républiques de l'Union soviétique l'image des manifestations ouvrières et de la contestation populaire de masse.


6) Pour la première fois, une alliance militaire dirigée par la Russie a décidé d'intervenir dans un pays étranger, tandis que la Chine soutient publiquement le régime autoritaire. En quoi la situation au Kazakhstan diffère-t-elle de la crise biélorusse de 2020 et du Maidan en Ukraine en 2014 ?


Comme nous l'avons expliqué, l'alliance militaire a décidé de soutenir le régime dictatorial construit par Nazarbaïev dans l'intérêt des sociétés transnationales. De plus, des représentants d'entreprises européennes et américaines ont été les premiers à s'adresser au président Tokayev, qui a demandé de rétablir l'ordre dans les régions industrielles du Kazakhstan et de protéger leurs biens et leurs profits face aux actions des travailleurs. Et le 6 janvier, au moment des affrontements entre l'armée et la population à Almaty, le président a officiellement déclaré que l'État garantissait la propriété des entreprises étrangères dans le pays. Et il a tenu parole en envoyant des troupes sur le champ de Tengiz, où les ouvriers pétroliers de la société Tengizchevroil, détenue à 75 % par le capital américain, étaient en grève depuis le 4 janvier.


La différence avec l'Ukraine et la Biélorussie est que, dès le début dans le cas du Kazakhstan, il s'agissait d'une protestation sociale et de classe, où le noyau actif était la classe ouvrière du Kazakhstan occidental et central. Il n'y a pas de partis et de mouvements bourgeois libéraux dans le pays qui pourraient influencer le mouvement et lui imposer leur programme pyromane dans l'intérêt de l'UE et des États-Unis. De plus, l'Occident n'était pas intéressée à soutenir la lutte des travailleurs et a insisté pour un liquidation rapide du soulèvement.


7) Quelles sont les perspectives politiques ?


Les autorités n'ont pas réussi à vaincre les grévistes par des moyens armés, contrairement à ce qui fut le cas en décembre 2011, lorsqu'un rassemblement de travailleurs du pétrole avait été attaqué par l’armée. Les travailleurs ont arrêté les grèves et les rassemblements de manière organisée le 8 janvier et ont ainsi conservé leur force. Les principaux affrontements sanglants ont eu lieu à Almaty, la plus grande métropole du pays et l'ancienne capitale de la république socialiste soviétique kazakhe. Dans cette ville, des jeunes chômeurs non syndiqués et des habitants précaires des zones rurales périphérique ont participé à des rassemblements. C'est la raison pour laquelle la lutte a été si féroce, lorsque des dizaines de milliers de jeunes ont commencé à se venger de la bourgeoisie, de la police et des fonctionnaires.


Malgré le déploiement des troupes et l'introduction de la loi martiale, le mouvement ouvrier n'a pas été détruit, et nous sommes sûrs qu'il renaîtra à un moment favorable, puisque les exigences sociales de base des grévistes n'ont pas été satisfaites. Toutes les contradictions liées à la dépendance économique néocoloniale du pays vis-à-vis de l'UE et des USA sont également toujours présentes. La lutte des ouvriers et des larges couches populaires vise précisément à la démolition de ces contradictions. Par conséquent, une nouvelle bataille avec des ennemis de classe est inévitable et se déclenchera dans un avenir proche.­


--------


1) What is the current situation in Kazakhstan after a week of general strike, riots and brutal repression?


A strict martial law regime has now been established in Kazakhstan, introduced by order of Kassym-Jomart Tokayev in order to suppress popular demonstrations and a strike by the army of workers in the extractive industries, as well as in ferrous and non-ferrous metallurgy owned by American and European companies.


On January 6, army and National Guard units were brought into Almaty, which shot many unarmed demonstrators, as well as those young unemployed who, having disarmed local police and troops the day before, took up arms to overthrow the Nazarbayev regime.

Even earlier, on January 5, mass rallies and strikes were held across the country demanding the resignation of all acting statesmen and Nazarbayev himself, and clashes with the police took place in Almaty, Taldykorgan, Shymkent, Kyzylorda. In Almaty, tens of thousands of demonstrators, mostly unemployed youth, seized administrative buildings.


The National Security Committee and some groups within the government tried to take advantage of the situation and arrange provocations by releasing prisoners from prison, connecting their hired gangs in order to discredit peaceful protests and strikes in the country, as well as in order to achieve a reshuffle within the government itself. Therefore, on television and in newspapers, they tried to present all the protesters as looters, robbers, murderers and even terrorists.


At the moment, according to official data, 8,000 people have been arrested, about 164 people have died in Almaty and some cities of southern Kazakhstan. But in fact, there were much more dead, as there were real battles against the rebellious people. The President called the speakers terrorists and said that 20,000 armed militants had entered the territory from outside. But it's not true!


To prevent bloodshed, the oilmen of western Kazakhstan, as well as metallurgists, miners, copper smelters and miners of the mines of the Karaganda region organized their rallies and stopped strikes on Saturday, January 8. But since January 2, there has not been a single case of looting, murder, robbery or bloody clashes in the industrial regions where the core of the demonstrations was the working class.


2) How do the protesters organize the movement? What are the main demands of the protesters?


Since the strikes on January 3 – 4, workers had their own strike committees, and on January 5, a Council was created in Zhanaozen, which included representatives of all striking collectives in the Mangystau region. At the beginning of the rallies and strikes, the main social demands of the strikers were to reduce prices for certain types of goods, increase wages, improve working conditions, stop layoffs, freedom of trade union activity and the construction of new factories - the creation of a modern manufacturing industry to ensure the future of the region.


Already on January 5, when the movement was developing in Zhanaozen, which became the real political headquarters of the entire labor movement of the country, political demands were put forward: the resignation of President Tokayev and all officials from Nazarbayev's entourage, the release of political prisoners and detainees, a return to the 1993 Constitution guaranteeing freedom of trade unions, strikes and the formation of parties.


Therefore, the role of the labor movement in these events was decisive, since it was labor collectives that became the backbone of protest actions in industrial regions and gave impetus to mass rallies in all cities of Kazakhstan.


3) How did the protests and strikes begin ?


From the very beginning, it was a social explosion associated with a twofold increase in prices for liquefied gas. But the increase in gas prices was only an excuse for protests that have been overdue for a long time.


The reason for the explosion of discontent was the government's decision to send liquefied gas for cars "free floating" - to sell it on the stock exchange on spots. As a result, the monopolists who speculatively raised the price on the first day won. Fuel has risen in price from 60 to 120 tenge (up to 20 rubles) per liter. This led to the fact that the next day, on Sunday, January 2, residents and workers of local oil companies who use gas-powered cars began to go to spontaneous rallies in Zhanaozen and block roads.


They were immediately supported by residents and workers of all district centers of the region, and by the evening a rally had already unfolded in the regional center of Aktau, where the police unsuccessfully tried to oust the crowd from the main Yntymak city square at first. As a result, all the central streets were blocked there, and people flatly refused to disperse.


As a result, two hotbeds of protests were formed - Zhanaozen and Aktau, where the participants decided to hold an indefinite rally until their demand was fully implemented – a reduction in gas prices to 50 tenge per liter (9 rubles). In parallel, the protesters put forward another demand – a 100 percent increase in wages.


Subsequently, at night, and then in the morning and afternoon of January 3, labor collectives began to join the protesters, who made statements of support for the protesters. Tents and yurts were erected in the squares there, and the local population organized hot meals and began to raise funds. Actually, this is not something new, since during the summer and autumn, residents also showed solidarity with the strikers, bringing food and water to the workers' tents.

Therefore, we can call the current protests a continuation of last year's mass strikes against the optimization policy imposed by Western management, where many auxiliary and servicing enterprises were separated from the main production.


Information about the transfer of military transport planes with troops on January 3 also caused the indignation of the protesters. As a result, the protest expanded even further, and residents and workers in the regional center blocked all entrances to the air harbor, blocking the airport.

This reaction was also to be expected, since everyone still has fresh memories of the shooting of strike participants in Zhanaozen in December 2011. And therefore it was perceived painfully and already at night and in the morning, in response to such actions of the authorities, a general strike of oil workers in the Mangystau region began, and workers at the Tengiz field in the neighboring Atyrau region also stopped production.


The oil workers of the Tengizchevroil company with the participation of 75% of the American capital went on strike. In particular, Chevron has 50%, ExxonMobil has 25%, and the Kazakh company KazMunayGas has only 20%. And there, just before the new year, 40 thousand workers were cut at once, who, in fact, were thrown out into the street. But after that, the strikes covered not only all the oil production enterprises of the five regions of Western Kazakhstan, but also the entire mining industry of the country and metallurgy.


So, on January 4, as a result, miners and metallurgists of the Arcelor Mital company in the Karaganda region, as well as miners of mines and copper smelters of the Kazakhmys corporation with the participation of English capital, went on strike. Local metallurgists have completely seized the city of Khromtau in the Aktobe region. 4) How do trade unions and communist organizations relate to the protests? What are the main requirements of trade unions and communist organizations?


So far, no forces are playing in this protest movement or in workers' speeches, since at the moment the political field has been completely cleared, all opposition parties and movements, including the Communist Party, have been closed. All independent trade unions have been liquidated. So, after the adoption of the anti-labor law "On Trade Unions" in 2014, more than 600 trade unions were liquidated by court in the country. The last Confederation of Independent Trade Unions of Kazakhstan was closed by a court decision in 2017, and four of their leaders were sentenced to different prison terms.


The previously repressed trade union leader Amin Yeleusinov and his comrades from the liquidated Confederation of Independent Trade Unions of Kazakhstan urged workers not to disperse and stand to the end in order to achieve freedom of trade union activity and the right to strike.


We, the members of the Socialist Movement of Kazakhstan, support all these demands of the strikers, but we also believe that the demand of the oil workers of Zhanaozen, which was put forward during the seven-month strike in 2011, should be implemented, related to the need for immediate nationalization of the entire mining and large-scale industry under the control of labor collectives.


In addition, we insist on repealing the law "On Trade Unions" and "On Parties" in order to revive class trade unions, exercise the right to strike, which are also prohibited in the country, as well as legalize the activities of the Communist Party and the Socialist Movement of Kazakhstan.


5) In France, some say that the protest is a "color revolution", how do you react to this fake news?


Modern Kazakhstan strives to build a mono-national state, and nationalism is its official ideology. All reports about "pro-Soviet" Kazakhstan are a myth. In 2017, a monument to Mustafa Shokai, the mastermind of the Turkestan Legion of the Wehrmacht, was erected in Kyzylorda. Today, the state is radically revising history. This process has especially intensified after the visit of Nursultan Nazarbayev to the United States a few years ago. The pan-Turkist movement is also becoming more active. Most recently, on the initiative of Nursultan Nazarbayev, the Union of Turkic States was founded in Istanbul on November 12, 2021. Kazakhstan's elite retains its main assets in the West. That is why the imperialist states are absolutely not interested in the fall of the current regime - they are already absolutely on their side.


The US State Department has come out in support of the existing regime in Kazakhstan, as well as the authorities of the European Union, as well as the leadership of Russia and China. That is, it was a real manifestation of bourgeois class solidarity in the struggle against the mass movement of workers and popular strata.


There are also no 20 thousand Islamic terrorists, which President Tokayev said in his statement. According to him, they allegedly invaded the territory of Kazakhstan. To date, not a single native of Arab countries has been found among the dead, wounded or arrested. This myth of an external invasion was needed in order to justify the use of tanks and heavy weapons against protesters and strikers, and on the other hand to explain the need to transfer troops of the Collective Security Treaty Organization to Kazakhstan. In addition, an attempt is being made in this way to demonize in the eyes of the workers of other republics of the Soviet Union the image of workers' demonstrations and mass popular protest.


6) For the first time, a military alliance led by Russia decided to intervene in a foreign country, while China publicly supported the authoritarian regime. How does this differ from the Belarusian crisis of 2020 and the Maidan in Ukraine in 2014?


As we said earlier, the military alliance decided to support the dictatorial regime built by Nazarbayev in the interests of transnational corporations. Moreover, representatives of European and American companies were the first to address President Tokayev, who asked to restore order in the industrial regions of Kazakhstan and protect their property and profits from workers. And on January 6, at the time of the clashes between the army and the people in Almaty, the president officially declared that the state guarantees the ownership of foreign companies in the country. And he kept his word by sending troops to the Tengiz field, where oil workers in the Tengizchevroil company, owned by 75% of American capital, have been on strike since January 4.


The difference from Ukraine and Belarus was that from the very beginning it was a social and class protest, where the core was the working class of Western and Central Kazakhstan. There are no liberal bourgeois parties and movements in the country that could influence the movement and impose their pyrolytic agenda on it in the interests of the EU and the USA. Moreover, the West was not interested in supporting the workers' struggle and insisted on their suppression.


7) What are the political prospects for the ongoing protests?


The authorities failed to defeat the strikers by armed means, as it was in December 2011, when a rally of oil workers was shot. The workers stopped strikes and rallies in an organized manner on January 8 and thereby retained their strength. The main bloody clashes took place in Almaty, the largest metropolis and the former capital of the Kazakh SSR. There, unorganized unemployed youth or people from rural areas working in low-paid and low-skilled jobs came to rallies and protested. This is the reason for the ferocity of the struggle, when tens of thousands of young people began to take revenge on the bourgeoisie, the police and officials.


Despite the introduction of troops and the introduction of martial law, the workers' movement has not been destroyed, and we are sure that it will rise again at a favorable moment, since the basic social requirements of the strikers have not been met. All the contradictions related to the country's economic neocolonial dependence on the EU and the USA have also been preserved. The struggle of the workers and the broad popular strata is aimed precisely at its scrapping. Therefore, a new battle with class enemies is inevitable and will be in the near future.

une journal 1_page-0001(1).jpg
abb.jpg