18 Partis Communistes exigent l’interdiction des armes biologiques et la fermeture des laboratoires

Le 3 novembre 2021, à l'initiative de quatre partis, constitués en coalition à la fin de l'année dernière (Parti communiste unifié de Géorgie, Mouvement socialiste du Kazakhstan, Parti socialiste de Lettonie, Parti communiste du Pakistan), une conférence internationale a été organisée sur le thème : "La menace croissante de la propagation et de l'utilisation des armes biologiques et la nécessité de créer un mouvement international en faveur de son interdiction et de la fin des laboratoires" utilisés pour fabriquer ces armes.

Parmi les participants à cette conférence, on trouve, outre les quatre partis communistes déjà mentionnés, le Parti communiste de Grèce (KKE), le Parti communiste d'Arménie, le Parti communiste d'Azerbaïdjan, le Parti socialiste de Géorgie, le Parti des travailleurs de Hongrie, le Parti communiste du Kirghizistan, le Parti communiste du Kirghizistan, le Parti communiste de Turquie, le Parti communiste ouvrier russe-Parti communiste de l'Union soviétique, le Front communiste (Italie), le Parti communiste des Philippines-1930, l'Union des communistes d'Ukraine, le Parti communiste de Norvège.


Les partis communistes et ouvriers qui ont participé à cette conférence estiment que les armes biologiques, en tant qu'armes de destruction massive, ainsi que les armes nucléaires et chimiques, peuvent causer d'énormes dommages aux peuples et entraîner des conséquences désastreuses dans un contexte d'antagonismes inter-impérialistes et de guerres impérialistes.

Aujourd'hui, tous les grands pays capitalistes, ouvertement ou en secret, détiennent des arsenaux de telles armes et mènent des recherches pour leur amélioration et leur utilisation.


La pandémie de Covid-19 a non seulement révélé les profondes lacunes du système de santé dans tous les pays capitalistes, a conduit à la restriction des droits des travailleurs, mais a également exacerbé les contradictions inter-impérialistes.


En outre, les parties impliquées s'accusent mutuellement d’avoir créé artificiellement le Coronavirus en laboratoire, montrant ainsi le niveau de menace découlant du développement, de la production et du stockage de stocks d'armes biologiques et toxiques.


Les structures internationales, normalement en charge de ces sujets, non seulement s'avèrent inefficaces et ne vérifient pas le respect par les principaux pays capitalistes des conventions de l'ONU, mais deviennent elles-mêmes des instruments que les multinationales et les forces impérialistes utilisent comme outils pour la mise en œuvre de leurs [propres] plans.


Il est particulièrement préoccupant que le développement d'armes biologiques se poursuive dans de nombreux pays. D'après les seuls programmes du Pentagone américain, 1 495 laboratoires ont été créés dans le monde, non soumis au contrôle des gouvernements des pays dans lesquels ils opèrent et dont les activités ne sont pas transparentes. Actuellement, ces laboratoires biologiques militaires sont opérationnels en Irak, Pakistan, Jordanie, Tanzanie, Sénégal, Sierra Leone, Afrique du Sud, Cameroun, Ouganda, Kenya, Libéria, Guinée, Birmanie, Malaisie, Cambodge, Philippines, Laos, Géorgie, Arménie, Kazakhstan, Ukraine, Azerbaïdjan, Ouzbékistan, etc. Il existe des informations sur la conduite de recherches à cet effet en Moldavie, dans certains pays d'Europe de l'Est et en Amérique latine.


Les États-Unis n'ont jamais signé le protocole annexé à la « Convention internationale pour l'interdiction du traitement, de la fabrication et du stockage des armes bactériologiques (biologiques) et toxiques et pour leur destruction », bloquant ainsi les efforts de contrôle de l'application de la Convention et continuant le développement de nouveaux types de maladies mortelles.


Certains participants à la conférence ont noté que les États-Unis à eux seuls avaient dépensé plus de 100 milliards de dollars en armes biologiques offensives au cours des deux dernières décennies. Dans le même temps, l'origine artificielle des nouvelles armes biologiques est souvent cachée et déguisée comme s'il s'agissait de maladies naturelles de certaines régions, alors qu'il existe des preuves de leur modification dans les conditions de laboratoire.


Selon les déclarations des participants, dans l'espace post-soviétique et en Asie, dans les pays où opèrent les laboratoires militaires américains, depuis le début de leur activité, l'apparition de maladies atypiques a été de plus en plus enregistrée tant chez l'homme que chez le bétail, ce qui peut signifier qu'il y a des attaques visant à compromettre le secteur agricole de pays entiers. L'utilisation d'armes biologiques particulières peut provoquer des pénuries alimentaires et aggraver le problème de la faim auquel plusieurs pays sont déjà confrontés.


En soutenant toutes les revendications formulées dans la déclaration commune des partis communistes et ouvriers pour lutter contre la pandémie du 30 mars 2020, y compris le financement immédiat par l'État de systèmes de santé publique, nous pensons qu'il est nécessaire d'arrêter immédiatement tous les programmes de développement, de production, de diffusion et d'utilisation d'armes biologiques, en allouant des ressources matérielles aux besoins de la lutte contre la pandémie et contre d'éventuelles vagues d'autres nouvelles maladies dangereuses.


Les participants à la conférence conviennent que la participation active des partis communistes et ouvriers est nécessaire dans la lutte contre les guerres impérialistes et aussi contre la menace de l'utilisation d'armes biologiques et d'autres armes de destruction massive. Le rôle des partis communistes et ouvriers est irremplaçable pour dénoncer les raisons des guerres impérialistes actuelles : la concurrence pour l’accès aux matières premières, aux routes commerciales, aux marchés, au profit capitaliste des grands monopoles. Dans le même temps, des actions communistes actives sont nécessaires pour soutenir le mouvement international anti-impérialiste et anti-guerre, pour coordonner son activité également contre les armes de destruction massive, en particulier contre les armes biologiques.


Dans ce contexte, les participants à la conférence,

- s'opposent aux plans de l'OTAN, des États-Unis et d'autres forces impérialistes,

- exigent la fermeture immédiate des laboratoires de biologie militaire et l'arrêt des expérimentations dans ce secteur ;

- promeuvent le lancement de campagnes internationales sous diverses formes contre les bases militaires étrangères, de l'OTAN et des États-Unis, afin de sensibiliser l’opinion à la question du développement, du stockage et de l'utilisation des armes de destruction massive, y compris les armes biologiques.


Les Partis participant à la Conférence demandent aux organisations populaires de masse, syndicats, organisations professionnelles et associations de scientifiques, médecins, écologistes, journalistes, personnalités publiques, mouvements pacifistes de se joindre à cette initiative, de participer conjointement à l'organisation et au renforcement d'un mouvement de masse international, anti-impérialiste et anti-guerre qui, entre autres, a pour objectif d'interdire la production et la diffusion d'armes biologiques.


Nous continuerons à convoquer de nouvelles conférences et d'autres initiatives sur ce thème, mais, surtout, nous continuerons la lutte contre le capitalisme [en putréfaction] qui, dans sa phase impérialiste, génère des doctrines et des théories anti-humaines - comme le fascisme - et crée des moyens et des moyens toujours plus sophistiqués pour apporter la mort à toute l'humanité.


L’avenir est celui du Socialisme.

une journal 1_page-0001(1).jpg
abb.jpg